Mon chemin.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le Sanctuaire de la Licorne Index du Forum -> Sagesses -> S'éveiller
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dave Hilman


Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2009
Messages: 19
Localisation: Rodez

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 20:42 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

Donc comme je l'avais evoqué dans ma presentation, je suis une voie que je considere comme celle du Guerrier. ( c'est purement subjectif).

Pour ma part je pars du principe que je suis sur Midgard pour m'ameliorer, devenir meilleur, bref ni regresser ni stagner.
Ce que j'appelle la Voie du Guerrier, c'est le fait d'etre en lutte permanente pas de facon physique forcement, mais aussi mentale.
Mon principal adversaire est moi meme, que je dois surpasser, pour devenir meilleur. ( ce qui n'est pas la chose la plus aisée Very Happy)
Il faut bien sur aussi durcir son corp, sans forcement le faire souffrir lui faire du mal de facon injuste, mais le durcir, le dompter, connaitre les limites et les grignoter petit a petit.
C'est assez complexe a expliquer pour ma part tellement c'est simple et multiple.
Le cerveau doit etre aussi alerte et agile dans la pensée que mon corps dans un combat. c'est le concept de ce que j'essaye de developper en tout cas.
Pour de plus amples infos, posez vos questions parce que c'est tres difficile a expliquer comme ca!
_________________
Metal'N'Roses la p'tite boutique qui deviendra grande!

http://www.metalnroses.kingeshop.com/accueil-caaaaaaaa.asp


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 20:42 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Phoenicko
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 18
Localisation: IDF

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 22:27 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

Hmmm alors si je comprends bien ça se rapproche assez de ceci:

Tu te développes sur les plans physiques et spirituels. D'un côté tu cherches à trouver tes limites, et à les dépasser, de l'autre tu cherches à acquérir sagesse, connaissance et maîtrise des émotions (attention, pour ceux qui lisent un peu vite, maîtrise dans le sens premier du terme, pas dans le sens contenir ses émotions) et de ses pensées. Il s'agit donc de développer son être au delà des limites que l'inaction et la "fatigue mentale" sembleraient fixer; et ceci dans le but maîtriser son être, son corps, et ainsi son libre arbitre, autant dans l'espace que le temps, les actes, la parole, la pensée...

Ainsi en te focalisant sur ton corps tu développes ton esprit et inversement, les deux étant comme des vases communicants.

Ceci t'apprends aussi à faire face à tes failles et à ta part sombre afin de les affronter et les rectifier, ou les accepter.
Tout ceci afin de s'élever.

C'est une voie très intéressante puisqu'elle est ouverte sur beaucoup d'horizon, n'étant soumise qu'à des règles simples... D'ailleurs c'est peut-être ce que tu veux dire quand tu dis:
Citation:
C'est assez complexe a expliquer pour ma part tellement c'est simple et multiple.

Les "règles", et les concepts sont simples, mais les implications, les interractions, et l'aboutissement des reflexions forment un réseau complexe...

mais bon, pitetre je me trompe pitetre pas... à toi de le dire^^
_________________
Phoenicko


Revenir en haut
Dave Hilman


Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2009
Messages: 19
Localisation: Rodez

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 16:54 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

c'est carrement ca!!!
merci du coup de main! Razz Okay Mr. Green
_________________
Metal'N'Roses la p'tite boutique qui deviendra grande!

http://www.metalnroses.kingeshop.com/accueil-caaaaaaaa.asp


Revenir en haut
MSN
Phoenicko
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 18
Localisation: IDF

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 17:05 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

De rien^^ Je suis pas trop mauvais pour reformuler et, du coup, verbaliser^^
je pourrais t'aider de temps en temps mais la verbalisation est une notion importante de la part spirituelle^^ Je serai plus à t'encourager à chercher toi même comment mettre en mots ce qui a priori n'est pas explicable^^ (ou difficilement explicable du fait de l'interprétation qui peut être faite )
_________________
Phoenicko


Revenir en haut
heidr


Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2008
Messages: 201

MessagePosté le: Sam 14 Fév - 20:55 (2009)    Sujet du message: une des voiess du guerrier Répondre en citant

Je me disais bien que ce terme de <<Voie du guerrier>> me disait plus que quelque chose.

Mais c'est bien sûr : Carlos Castaneda.

La voie du guerrier décrite par Castaneda n'est pas une voie unique, c'est plutôt une phase de developpement faisant partie d'une voie d'eveil.
Je ne sais pas si c'est la tienne Dave mais en tout cas ça y ressemble quelque peu.

Jugez plutôt :

<<2) LE GUERRIER

a) Le guerrier : un homme de savoir

Qu'on ne se méprenne pas sur le sens du mot guerrier.

(Don Juan Smile " Un homme va au savoir comme il part pour la guerre, bien réveillé, avec de la peur, du respect, et une assurance absolue.

(Don Juan Smile " Notre lot d'homme est d'apprendre, et quelqu'un va à la connaissance comme il va à la guerre. [...] On va à la connaissance ou à la guerre avec peur, avec respect, pleinement lucide du fait qu'on va à la guerre, et avec une sérénité absolue.

(Don Juan Smile " La guerre, pour un guerrier, ne se traduit pas par des actes individuels ou collectifs stupides ou par une violence gratuite. La guerre, pour un guerrier, est la lutte totale contre le moi individuel qui a privé l'homme de son pouvoir.
Un homme de savoir est un guerrier

" La vie d'un homme de savoir est une lutte perpétuelle. L'idée que c'est un guerrier menant la vie du guerrier permettait d'atteindre la stabilité des émotions.

Reprenons l'énoncé des quatre étapes sur le chemin de la connaissance.

(Don Juan Smile " La première étape (de l'être) est celle où son lien avec l'intention est rouillé, indigne de confiance. La seconde étape est celle où il parvient à le nettoyer. La troisième étape est celle où il apprend à le manipuler. Et la quatrième étape est celle où il apprend à accepter les desseins de l'abstrait.

b) Le travail sur soi : nettoyer

Le mot est clair concernant la deuxième étape : nettoyer.
La notion de travail sur soi revient donc constamment à cette seconde étape.

L'être a appris de plus en plus à interrompre son dialogue intérieur, ce qui lui apporte une énergie supplémentaire. Il a eu peur et il sait qu'il aura encore peur, mais il prend le risque de la connaissance en toute liberté, avec respect. Il s'engage à fond délibérément. Ce travail sur lui-même lui apportera des qualités qui feront de lui un être hors du commun.

" Il (don Juan) ajouta que ce qui l'intéressait, en sa position de maître, était d'arriver à m'impliquer à fond dans les thèmes de la vie et du fait de vivre; c'est-à-dire, de m'engager pleinement à saisir la différence entre la vie, conséquence de forces biologiques, et l'acte de vivre, une question de cognition.

(Don Juan Smile " Le maître présente à son apprenti le comportement du guerrier, il l'engage dans la modération, la sobriété et la force, qu'elles soient morales ou physiques.

Le guerrier recherche la modération :

(Don Juan Smile " La modération nécessaire pour permettre au point d'assemblage d'assembler d'autres mondes ne peut pas s'improviser. La modération doit être mûre et devenir une force en soi avant que les guerriers ne puissent franchir la barrière de la perception impunément.

(Don Juan Smile " Ce dont nous avons le plus grand besoin, c'est de modération, et personne ne peut nous la procurer ou nous aider à l'obtenir que nous-mêmes. Sans elle, le déplacement du point d'assemblage est chaotique, comme sont chaotiques nos rêves ordinaires.

(Don Juan Smile " Rien ne peut mieux tremper l'âme d'un guerrier que le défi qui consiste à traiter avec des gens impossibles qui se trouvent en position de pouvoir. Seules de telles conditions peuvent faire acquérir aux guerriers la modération et la sérénité nécessaires pour supporter le poids de l'inconnaissable.

(Don Juan Smile " Dans la pratique, un guerrier prend des décisions avec une telle prudence que rien de ce qui peut se produire ne peut par conséquent le surprendre et encore moins épuiser son pouvoir.

Le guerrier recherche l'impeccabilité :

(Don Juan Smile " La seule chose qui compte est l'impeccabilité, c'est-à-dire l'énergie libérée.

(Don Juan Smile " Le guerrier ne baisse la tête devant personne, mais en même temps il ne permet pas que les autres baissent la tête devant lui.

(Don Juan Smile " Tout ce qui est exigé, c'est de l'impeccabilité, de l'énergie, et cela commence par un seul acte qui doit être délibéré, précis et soutenu. On acquiert, si cet acte se répète assez longtemps, le sens d'une intention inflexible, qui peut s'appliquer à tout. Si l'on y parvient, la route se dégage. Une chose en entraîne une autre jusqu'à ce que le guerrier prenne conscience de tout son potentiel.

(Don Juan Smile " L'impeccabilité n'est rien d'autre que le bon usage de l'énergie. Mes exposés ne comportent pas le moindre soupçon de morale. J'ai épargné de l'énergie et cela me rend impeccable.

(Don Juan Smile " La force intérieure, cela signifie un sens de l'équanimité, d'indifférence presque, un sentiment de bien-être, mais par-dessus tout, cela signifie un penchant naturel et profond pour l'étude, pour la compréhension. Les nouveaux voyants appellent tous ces traits de caractère la modération. [...] Les nouveaux voyants sont convaincus qu'une vie impeccable mène obligatoirement en elle-même à un sens de la modération, et que celui-ci, à son tour, mène au déplacement du point d'assemblage.

(Don Juan Smile " L'impeccabilité n'est pas la moralité. Elle lui ressemble seulement. L'impeccabilité n'est que la meilleure utilisation de notre niveau d'énergie. Naturellement, elle exige de la frugalité, du sérieux, de la simplicité, de l'innocence; et elle exige par-dessus tout l'absence d'auto-contemplation.

(Don Juan Smile " Un guerrier s'assure toujours que tout est parfaitement en ordre, non pas parce qu'il va survivre à l'entreprise dans laquelle il s'engage, mais parce que cela fait partie de sa conduite impeccable.

(Don Juan Smile " Un guerrier ne peut pas être désemparé. Dans aucune circonstance, il ne peut être ni étonné, ni effrayé. Un guerrier ne peut consacrer son temps qu'à être impeccable; tout le reste épuise son pouvoir, alors que l'impeccabilité le nourrit.

Le guerrier apprend la patience :

(Don Juan Smile " L'endurance consiste à attendre patiemment – sans précipitation, sans anxiété – c'est une simple, joyeuse façon de différer ce qui doit arriver.

(Don Juan Smile " Un guerrier n'a rien d'autre que sa volonté et sa patience et avec elles il construit tout ce qu'il veut. " Voir, p.188
(Don Juan Smile " Les guerriers ne gagnent pas leurs victoires en se cognant la tête contre les murs, mais en les franchissant. Les guerriers sautent par-dessus les murs, mais il ne les démolissent pas.

Le guerrier apprend le détachement :

" Le benefactor (un des guides de don Juan) dit à don Juan qu'un guerrier n'est jamais en état de siège. Être en état de siège suppose que l'on possède des biens personnels susceptibles d'être assiégés. Un guerrier ne possède rien dans le monde, hormis son impeccabilité, et rien ne saurait menacer l'impeccabilité.

(Don Juan Smile " L'esprit d'un guerrier n'est pas poussé à l'indulgence et à la complainte, pas plus qu'il n'est dirigé vers vaincre ou perdre. L'esprit du guerrier est destiné uniquement au combat, et chaque combat est pour le guerrier sa dernière bataille terrestre. Par conséquent pour lui, l'issue n'a pas d'importance. Au cours de cette dernière bataille sur terre, le guerrier laisse son esprit s'en aller, libre et pur. Et pendant qu'il poursuit sa bataille, parce qu'il sait que sa volonté est impeccable, un guerrier rit et rit sans cesse.

(Don Juan Smile " Un guerrier sait qu'il attend et il sait pourquoi il attend. Pendant qu'il attend, il ne désire rien. Ainsi reçoit-il la plus petite des choses, elle est plus qu'il n'en peut prendre. S'il a besoin de manger, il découvre un moyen parce qu'il n'a pas faim. Si quelque chose le blesse, il trouve un moyen de l'arrêter, car il ne souffre pas. Avoir faim ou souffrir signifie que l'homme s'est laissé aller et qu'il n'est plus un guerrier. Les forces de sa faim et de sa souffrance le détruiront. "

(Don Juan Smile " Pour un guerrier, tout commence et finit avec lui-même. Mais son contact avec l'abstrait le pousse à surmonter le sentiment de sa propre importance. Alors le moi devient abstrait et impersonnel.

Le guerrier tente d'acquérir le contrôle de lui-même tout en sachant s'abandonner :

(Don Juan Smile " Un guerrier est un chasseur. Il calcule tout. Ça, c'est le contrôle. Mais une fois tout calculé, il agit. Il se laisse aller. Ça, c'est l'abandon. Un guerrier n'est pas une feuille à la merci du vent. Personne ne peut le pousser. Personne ne peut rien lui faire accomplir contre lui-même ou contre son jugement réfléchi. Un guerrier est accordé à sa survie, et il survit au mieux de toutes les manières possibles. "

(Don Juan Smile " Une des actions du guerrier consiste à ne jamais se laisser impressionner par quoi que ce soit. C'est ainsi qu'un guerrier, même s'il voit le démon en personne, ne laissera rien transparaître devant quiconque. Le guerrier doit avoir une maîtrise de soi impeccable.

(Don Juan Smile " Un guerrier agit comme s'il contrôlait la situation, même s'il tremble dans ses souliers. D'agir ainsi fait disparaître l'obsession.

Le guerrier apprend la sobriété :

(Don Juan Smile " Un guerrier est un chasseur irréprochable qui chasse le pouvoir; il n'est ni saoul ni cinglé, et il n'a ni le temps ni l'envie de bluffer, de se mentir à lui-même ou d'agir à contresens. L'enjeu est trop risqué pour qu'il se le permette. L'enjeu est sa vie soigneusement élaguée, une vie qui réclama si longtemps pour être réduite au strict nécessaire et à la perfection.
Le guerrier apprend la reconnaissance :

(Don Juan Smile " Cette terre, ce monde. Il n'y a pas d'amour plus grand pour un guerrier. [...] Un guerrier est toujours heureux parce que son amour est inaltérable et que sa bien-aimée, la terre, l'embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables. La tristesse n'appartient qu'à ceux qui détestent ce qui les abrite.
Le guerrier développe de l'affection pour ses semblables :

(Don Genaro* Smile " La vie d'un guerrier ne peut pas être froide, solitaire et dénuée de sentiments parce qu'elle est fondée sur l'affection, la dévotion, le dévouement pour ceux qu'il aime. (Don Juan Smile " On doit apprendre à ne pas accorder d'importance, et non pas à ne pas aimer.

Le guerrier ne cède pas à l'apitoiement sur soi-même :

(Don Juan Smile " Un guerrier reconnaît sa douleur, mais ne s'y abandonne pas. [...] Il a confiance en son esprit impeccable et surtout il est pleinement conscient de son efficacité. La joie que ressent un guerrier lui vient d'avoir accepté son destin et d'avoir évalué en toute honnêteté ce qui se trouve devant lui.

(Don Juan Smile " Ce n'est qu'en guerrier que l'on peut supporter la voie de la connaissance. Un guerrier ne peut ni se plaindre ni regretter quoi que ce soit. Sa vie est un défi perpétuel et les défis ne peuvent pas être vraiment bons ou mauvais. Les défis sont simplement des défis.


(Don Juan Smile " Les guerriers sont incapables d'éprouver de la compassion parce qu'ils ne s'apitoient plus sur eux-mêmes. Sans la force agissante de l'apitoiement sur soi-même, la compassion n'a aucun sens.

Le guerrier apprend le sens du minutage :

(Don Juan Smile " Un guerrier apprend à accorder sa volonté, à la mettre en veilleuse ou à la régler, chaque fois qu'il le désire.

(Don Juan Smile " Avant de prendre une décision pense et inquiète-toi, mais une fois qu'elle est prise, libère-toi des pensées et des inquiétudes. Ensuite il y aura des millions d'autres décisions à prendre.

Le guerrier sait garder les yeux ouverts :

(Don Juan Smile " La condition de guerrier exige d'être conscient de tout, à tout moment. " Histoires de pouvoir, p.158

Le guerrier apprend l'humilité :

(Don Juan Smile " Un guerrier débute avec la certitude que son esprit n'est pas équilibré; puis, à force de vivre avec une maîtrise de soi et une lucidité totales, mais sans hâte ni contrainte, il fait vraiment de son mieux pour acquérir cet équilibre.

(Don Juan Smile " Un guerrier accepte son sort, quel qu'il soit, et le fait avec une humilité profonde. Il accepte humblement ce qu'il est, non pas avec résignation mais comme un défi vivant.

(Don Juan Smile " La confiance en soi d'un guerrier n'est pas celle de l'homme moyen. L'homme moyen cherche la certitude dans les yeux d'un spectateur et nomme cela confiance en soi. Le guerrier cherche à être impeccable à ses propres yeux et appelle cela humilité. L'homme moyen est suspendu à son semblable, tandis que le guerrier n'est suspendu qu'à lui-même.

(Don Juan Smile " Je ne connais que l'humilité du guerrier, et cette humilité m'empêchera toujours de dominer qui que ce soit par mon savoir.

Le guerrier apprend le raffinement :

(Don Juan Smile " Un guerrier se tient constamment en garde contre la grossièreté du comportement humain. Un guerrier est magique et implacable, c'est un non-conformiste aux goûts et aux manières extrêmement raffinés, dont la tâche mondaine consiste à aiguiser, mais aussi à camoufler ses piquants afin que nul ne puisse soupçonner son implacabilité.

Bref,

(Don Juan Smile " La différence fondamentale entre un homme ordinaire et un guerrier, c'est que le guerrier prend tout comme un défi, tandis que l'homme ordinaire prend les choses, soit comme une bénédiction, soit comme une malédiction.

Malgré tout, des difficultés surviennent :

(Don Juan Smile " Un pessimisme impossible à vaincre s'empare du guerrier à un certain point de sa démarche. Une impression de défaite, ou plus exactement (peut-être) le sentiment de n'être pas digne, l'accable soudain, presque à l'improviste. [...] La résolution du guerrier de vivre impeccablement en dépit de tout ne peut pas être une stratégie appliquée pour assurer le succès. [...] En des moments pareils, l'entraînement de toute une vie prend le dessus : le guerrier entre dans un état d'humilité sans équivalent.


Rappelons les qualités énumérées :
La modération, l'impeccabilité, la patience, le détachement, le contrôle de soi, la sobriété,
la reconnaissance, l'affection, l'absence d'apitoiement, le sens du minutage, voir les choses en face, l'humilité et le raffinement.

c) L'art du traquage

L'être humain possédant toutes ces vertus est sûrement un être hors du commun. Don Juan, au faîte de sa vie, nous dit que ce sont des traits que nous pouvons développer et acquérir. Comment s'y est-il donc pris pour apprendre à Carlos toutes ces vertus? Il lui a appris à traquer, à exercer un contrôle sur la folie de sa vie de guerrier-sorcier. Don Juan résume ainsi " l'art du traqueur : le contrôle du comportement

(Don Juan Smile " Pour les sorciers, l'art du traqueur est la fondation sur laquelle tout ce qu'ils font est bâti. [...] On emploie aussi l'expression ‘ art d'observer furtivement ’, [...] nous l'appelons l'art de la folie contrôlée.

(Gorda* Smile " Un traqueur traque tout, y compris lui-même... Nous pouvons même traquer nos propres faiblesses... Cela se fait exactement comme on traque une proie. Vous étudiez vos habitudes jusqu'à ce que vous connaissiez tout ce que font vos faiblesses, et ensuite vous leur tombez dessus et vous les ramassez comme des lapins dans une cage.

(Don Juan Smile " Il est possible d'insister, d'insister judicieusement, même lorsqu'on pense que c'est inutile, mais d'abord nous devons savoir que tous nos actes sont inutiles, et que malgré tout nous devons faire comme si nous ne le savions pas. C'est ça la folie contrôlée du sorcier.

" L'art du traqueur m'avait été présenté comme un ensemble de méthodes et d'attitudes permettant à chacun de tirer le meilleur parti de toute situation imaginable.

(Don Juan Smile " La folie contrôlée est l'art de la tromperie contrôlée ou l'art de faire semblant d'être complètement absorbé par une action en cours – de feindre si bien que personne ne peut deviner que cette action n'est pas l'action réelle. La folie contrôlée n'est pas une tromperie totale, mais une façon sophistiquée, artistique d'être séparé de tout, tout en continuant à faire partie intégrante de tout. La folie contrôlée est un art. Un art très gênant et très difficile à apprendre. Beaucoup de sorciers ne le supportent pas, non parce qu'ils trouvent dans cet art quelque chose d'intrinsèque qui serait mauvais, mais parce qu'il faut beaucoup d'énergie pour l'exercer. [...] Quand nous accédons à la sorcellerie, notre personnalité est déjà formée et tout ce que nous pouvons faire, c'est pratiquer la folie contrôlée et nous moquer de nous-mêmes.

(Florinda* Smile " Le premier principe de l'art du traqueur, c'est que le guerrier ne se lance jamais dans le combat sans connaître les lieux. [...] Écarter tout ce qui n'est pas nécessaire est le deuxième principe de l'art du traqueur. [...] Appliquez toute la concentration que vous possédez à décider si vous engagez la bataille ou si vous la refusez, car toute bataille est une lutte pour la vie. Tel est ce troisième principe de l'art du traqueur. Un guerrier doit toujours être prêt à prendre sa dernière attitude ici et maintenant. Mais non point à la débandade. Se détendre, se laisser aller, ne rien craindre, voilà le quatrième principe de l'art du traqueur. Le cinquième principe est le suivant : quand il est placé devant des risques qu'il ne peut pas résoudre, le guerrier bat en retraite pendant un instant. [...] Mais après avoir appliqué le cinquième principe, il faut passer au sixième : le guerrier comprime le temps; le moindre instant compte. Dans une bataille pour la vie, une seconde est une éternité – une éternité qui peut décider de l'issue. Le guerrier a pour objectif la victoire, donc il comprime le temps. Il ne perd pas un seul instant. […] Appliquer ces principes provoque trois résultats : le premier, c'est que les traqueurs apprennent à ne jamais se prendre au sérieux; ils savent rire d'eux-mêmes. [...] Deuxième résultat : les traqueurs apprennent à avoir une patience sans fin. Les traqueurs ne se hâtent jamais, ne se rongent jamais. Et le troisième résultat, c'est que les traqueurs apprennent à acquérir une capacité d'improvisation infinie.

La tâche à accomplir durant l'étape du guerrier consiste donc à prendre suffisamment de recul pour nettoyer son mental, acquérir une capacité de comportement dépouillée de gestes inutiles envers soi tout autant qu'envers les autres, tout en se moquant de soi-même.

d) La récapitulation de sa vie

Une autre tâche que doit accomplir le guerrier
est celle de faire la récapitulation de sa vie.

Il est tentant de faire un parallèle entre cette récapitulation et une analyse psychologique/psychanalytique à laquelle s'attaque le guerrier :


(Florinda* Smile " La récapitulation est le point fort des traqueurs [...]. Elle consiste à se re-souvenir de sa vie jusqu'au détail le plus insignifiant. [...] La première phase est un rappel bref de tous les incidents de notre vie qui se détachent d'eux-mêmes pour s'offrir à notre examen. La seconde phase est un souvenir plus détaillé qui commence systématiquement à un point qui pourrait être l'instant précédant celui où le traqueur commence la récapitulation et qui, en théorie, pourrait remonter jusqu'à l'instant de la naissance. [...] L'élément clé de la récapitulation est la respiration. [...] En théorie, les traqueurs doivent se souvenir de tous les sentiments qu'ils ont éprouvés dans leur vie. [...] Par elle (la respiration), le traqueur expulse les filaments laissés en lui par les autres corps lumineux impliqués dans l'événement dont il se souvient.

(Don Juan Smile " La remémoration n'est pas la même chose que le souvenir. Le souvenir dépend du type de pensée au jour le jour, alors que la remémoration est dictée par le mouvement du point d'assemblage. [...] Le fait de se rappeler un événement dans sa totalité grâce à un déplacement du point d'assemblage s'appelle la remémoration des sorciers.

(Don Juan Smile " L'acte du souvenir est entièrement incompréhensible. En réalité l'acte de se souvenir de soi ne se borne pas au rappel de la relation vécue par les guerriers dans leur conscience du côté gauche, mais retrouve en outre chaque souvenir emmagasiné par le corps lumineux depuis l'instant de la naissance. Les relations que vivent les guerriers en état de conscience supérieure ne sont qu'un mécanisme pour inciter l'autre moi à se révéler sous forme de souvenirs. Cet acte de mémoire, même s'il semble associé uniquement aux guerriers, demeure à la portée de chaque être humain. Chacun de nous peut puiser directement aux souvenirs de notre luminosité – et avec des résultats prodigieux.

" Le problème du souvenir consistait donc en fait à unir notre côté gauche et notre côté droit, à rapprocher ces deux formes de perception séparées en un tout unifié.

e) L'ennemi du guerrier : la clarté

Il est bon de rappeler que l'apprenti avait pour tâche de vaincre un ennemi : la peur.
Le guerrier rencontre un deuxième ennemi : la clarté.

(Don Juan Smile " Lorsqu'un homme a vaincu la peur, la clarté l'a remplacée... Il peut s'imaginer les nouvelles étapes du savoir, tout se trouve baigné d'une clarté violente. Il sent que plus rien n'est caché. [...] Cette clarté d'esprit, si difficile à atteindre, si elle dissipe la peur, aveugle également. Elle pousse l'homme à ne jamais douter de lui-même. Or cela n'est qu'une erreur. [...] Si l'on cède à cette puissance apparente, on est devenu le jouet du deuxième ennemi, et l'apprentissage s'en trouvera tout faussé. La précipitation remplacera la patience. [...] Il faut défier cette clarté, et ne l'utiliser que pour voir, attendre avec patience avant de faire un autre pas que l'on aura soigneusement préparé.

Le guerrier se familiarise avec le monde du nagual et la clarté peut donc l'aveugler :

(Don Juan Smile " Le but de l'entraînement du guerrier n'est donc pas de lui apprendre à ensorceler ou à faire des charmes, mais à préparer son tonal à ne pas déconner.

(Don Juan Smile " Un guerrier n'abandonne jamais l'île du tonal. Il l'utilise.

Un concept important doit être retenu dans cette étape de l'être sur la voie de la connaissance. C'est l'idée de la mort.

(Don Juan Smile " Seule l'idée de la mort détache suffisamment l'homme au point de le rendre incapable de s'abandonner à quoi que ce soit. Seule l'idée de la mort détache suffisamment l'homme au point qu'il ne peut plus considérer qu'il se prive de quelque chose. Un homme de cette sorte ne désire, malgré tout, absolument rien, car il a acquis un appétit silencieux pour la vie et toutes les choses de la vie. [...] Un homme détaché, homme qui sait qu'il n'a pas la possibilité d'éviter sa mort, n'a qu'une seule chose sur laquelle il puisse s'appuyer : le pouvoir de ses décisions. Il doit être, pour ainsi dire, le maître de ses choix. Il doit clairement comprendre que son choix dépend de lui seul et qu'une fois fait il n'y a plus de temps pour des regrets ou des lamentations. [...] Et alors, conscient de sa mort, grâce à son détachement, et avec le pouvoir de ses décisions, un guerrier fixe sa vie stratégiquement. La connaissance de sa mort le guide, le rend détaché et silencieusement robuste. Le pouvoir de ses décisions le rend capable de choisir sans regrets, et du point de vue stratégique son choix est toujours le meilleur. Ainsi il accomplit tout ce qu'il doit faire avec plaisir et avec une compétence sûre.

(Don Juan Smile " L'homme qui s'avance sur le chemin de la sorcellerie doit à tout moment faire face à une imminente annihilation et inévitablement il acquiert une conscience aiguë de sa mort. Sans la conscience de la mort, il ne serait qu'un homme ordinaire impliqué dans des actes ordinaires. Il n'aurait pas la puissance et la concentration indispensables pour transformer son temps ordinaire sur terre en pouvoir magique. Ainsi pour être un guerrier, un homme doit avoir, en tout premier lieu et de manière vraiment authentique, une conscience aiguë de sa propre mort. Mais se soucier en permanence de la mort contraindrait normalement tout homme à se concentrer sur soi, et cela serait débilitant. Donc la seconde chose dont on a besoin pour être un guerrier est le détachement. L'idée de la mort imminente, au lieu de tourner à l'obsession, devient indifférence.

(Don Juan Smile " Lorsque tu t'impatientes, tourne-toi simplement vers ta gauche et demandes un conseil à la mort. Tout ce qui n'est que mesquineries s'oublie à l'instant où la mort s'avance vers toi, ou quand tu l'aperçois d'un coup d'œil, ou seulement quand tu as l'impression que ce compagnon est là, t'observant sans cesse. [...] La mort est le seul conseiller valable que nous ayons.

(Don Juan Smile " Concentre-toi sur ce qui te lie à ta mort, sans le moindre remords, sans la moindre tristesse, sans le moindre souci. Concentre-toi sur le fait que tu n'as pas le temps, et laisse tes actes se dérouler en conséquence. Laisse chacun de tes actes devenir ta dernière bataille sur terre. Ce n'est qu'à de telles conditions que tes actes auront leur plein pouvoir. Sinon, aussi longtemps que tu vivras, ils demeureront les actes d'un timide.

(Don Juan Smile " La prise de conscience de notre mort est la seule chose capable de nous donner la force de résister à la contrainte et à la souffrance de nos vies et à nos craintes en face de l'inconnu.

(Don Juan Smile " Sans une vision claire de la mort, il n'y a pas d'ordre, pas de modération, pas de beauté. Les sorciers luttent pour acquérir cette perspicacité capitale afin de pouvoir prendre conscience, au niveau le plus profond, que rien, absolument, ne leur garantit que leur vie se poursuivra au-delà de l'instant. Cette prise de conscience donne aux sorciers le courage d'être patients, mais d'agir, le courage d'être consentants sans être stupides. [...] L'idée de la mort est la seule chose qui puisse donner du courage aux sorciers. [...] Cela leur donne le courage d'être rusés sans être vaniteux et, surtout, cela leur donne le courage d'être implacables sans être suffisants.

(Don Juan Smile " La mort est notre seul défi. Nous sommes nés pour relever ce défi, que nous soyons des hommes ordinaires ou des sorciers. Les sorciers le savent; les hommes ordinaires non. [...] La vie est le processus à travers lequel la mort nous défie. La mort est la force active. La vie est l'arène. Et dans cette arène il n'y a que deux rivaux, quel que soit le moment : soi et la mort.

Le guerrier a nettoyé son mental, il a appris à traquer,
il se familiarise de plus en plus avec le monde du nagual.
Il entreprend maintenant la troisième étape :
la sorcellerie. >>
_________________
sachez oser mériter le pouvoir


Revenir en haut
Dave Hilman


Hors ligne

Inscrit le: 09 Fév 2009
Messages: 19
Localisation: Rodez

MessagePosté le: Sam 14 Fév - 21:22 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

wouaaaah! super merci! Embarassed
je me retrouve dans pas mal de point dans d'autre un peu moins.
avec votre permission est il possible que je fasse une etude de chaque point?
_________________
Metal'N'Roses la p'tite boutique qui deviendra grande!

http://www.metalnroses.kingeshop.com/accueil-caaaaaaaa.asp


Revenir en haut
MSN
Phoenicko
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2008
Messages: 18
Localisation: IDF

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 13:05 (2009)    Sujet du message: Mon chemin. Répondre en citant

Oooooooh mais oui mais permet toi^^
_________________
Phoenicko


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:50 (2018)    Sujet du message: Mon chemin.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le Sanctuaire de la Licorne Index du Forum -> Sagesses -> S'éveiller Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
lpch_green par Leparachute
le Sanctuaire de la Licorne Index du Forum